Communication LREM : Call of Duty

La manchette de cet article mérite une explication. « Call of Duty » est une des franchises de jeux vidéo les plus vendues dans le monde. Ses performances numériques saisissantes la place au cœur de la transformation des loisirs électroniques. Sa marque est la meilleure définition du rôle attendu d’LREM et de l’époque dans laquelle ce rôle se joue. Et puis « l’appel du devoir » faisait un peu poilus guerre de 14, avec tout le respect qu’on leur doit.

Lancé en avril 2016 par Emmanuel Marcon, ce parti est quelques mois plus tard majoritaire à l’assemblée, et par voie de conséquence le support structurel du pouvoir présidentiel et du gouvernement. D’un point de vue socio-politique, cela a été à la fois un exploit de vitesse, et une gageure qui a rayé de la carte politique toutes les forces et puissances issues de l’histoire de la représentation nationale. Ces oppositions n’ont pas disparu, mais elles n’ont plus de poids, sur le plan des votes de l’assemblée, et leurs « masses » (élus et trésorerie) ont fortement diminué. On peut quand même s’interroger sur le système électoral qui fait passer un candidat de 24,01% au premier tour à 66,10% au second, garantissant l’élection. Un François Fillon laminé, un débat de second tour que Marine Le Pen aurait dû préparer comme un oral de médecine face à Emmanuel Macron, et une forte proportion de votes « contre » le FN, ont produit ce résultat. Qu’on le veuille ou non, et quel que soit le bord politique dont on est supporter, ou issu, 42% de voix se récupèrent comme ça. 24% de convaincus, et 42% de « faut voir ». Et LREM s’est retrouvé du jour au lendemain sur un long chemin de preuves à faire, une fois l’enthousiasme digéré.

Sans refaire ici l’histoire du quinquennat, ce fut une succession de crises, gilets jaunes, attentats terroristes, grèves diverses dont SNCF, crise de l’hôpital public, crise de la police et des citoyens, batailles syndicales sur la réforme des retraites avec 49-3, d’autres encore.. et pour finir aujourd’hui une bataille sanitaire mondiale, n’effaçant pas les autres tensions, mais les surpassant toutes.

LREM ne communique pas. Même son logo n’en est pas un. Les petites phrases type « On a été trop intelligent » de Gilles Le Gendre, la réintégration de l’amateurisme dans la liste des qualités d’LREM par E. Macron, les gaffes de Sibeth Ndiaye et autres événements individuels, et enfin les départs nombreux du groupe à l’assemblée (270 élus contre 314 au début du mandat), ont cassé l’image d’efficacité et d’enthousiasme mêlé. Et opinion et mépris font rarement bon ménage.

https://fr.statista.com/infographie/21758/repartition-des-deputes-par-groupe-politique-assemblee-nationale/

La vérité : Un mouvement écrasé par l’exécutif au lieu d’en être un rouage de transmission avec les facteurs qui amplifient cette vérité en image : Christophe Castaner et Stanislas Guérini, toujours heureux de tout, qui ne parviennent pas à manager à la fois l’interne du groupe et la relation avec le président, dans une dialectique qui tient plus du déni que de la réalité. La raison, au-delà des personnalités, en est l’absence réelle d’organisation. Les femmes du mouvement auraient certainement fait mieux, et porté la voix du changement avec plus d’autorité et d’équilibre, à l’instar d’Aurore Bergé, juste porte-parole LREM, ou Brune Poirson, recasée dans une mission parlementaire. Cela aurait donné aussi une image moderne, mais dans le sens sociétal, et non « jeunisme ». LREM est un groupe de gens élus ou militants, sans structure. Tout repose sur le président, et aucune force ne vient challenger le pouvoir pour le rendre plus fort « en groupe ». C’est du pain béni pour les oppositions convalescentes, et une catastrophe en communication. En marketing, cela s’appelle l’usure précoce, pour rester poli.

Et ce que l’on perçoit aujourd’hui d’LREM, comme une impuissance politique, ressemble à cela :

Marketing du privé : Que font les marques anciennes, en cas de vents contraires, pour rassembler à nouveau, autour d’un gros projet, ou de la simple empathie ?

Elles peuvent se réinventer techniquement, sans se renier, en investissant et en faisant des choix (Renault-Alpine), ou simplement rassembler avec espoir, sans paternalisme (Coca-Cola). Deux exemples de campagnes, celle de Coca-Cola pouvant être un point de départ d’un ré-ancrage de LREM dans la société, en image :

LREM a besoin des deux types de communication, car son usure précoce vient de la fragilité de ses structures, inexistantes à sa naissance. Il faut montrer quelque chose de concret, de nouveau et d’identifiable comme une exclusivité construite (Alpine), mais aussi être simple, presque Zen, dans l’approche humaine collective en montrant un sens du réel, et le partager avec tous (Cocal-Cola). La piste numérique, représentative de la transformation des entreprises, n’est pas un « grand projet », ce n’est qu’une adaptation obligatoire au temps qui passe. C’est, par ailleurs, un faux ami en communication car estampillé capitalisme libéral et startup. On ne peut réduire l’image d’un pays à cela (Startup Nation), quand il compte + de 13 millions de + de 65 ans. Erreur marketing toujours !

https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/structure-population/population-ages/

Par conséquent, LREM ne peut plus se contenter de soutenir les décisions présidentielles et de s’en faire l’écho. Aujourd’hui, par la force des choses, ces décisions conduisent aux cinémas vides et aux rues désertes. Quelle que soit la pertinence ou non des mesures, elles sont aujourd’hui toutes orientées sur la protection, impliquant un repli forcé géographique, physique et psychologique.

Un groupe parlementaire majoritaire, dans un moment critique de la nation, ne sert à rien s’il répète ce que l’Etat exprime déjà bien fort, car il y a en ce moment une application immédiate à mettre en œuvre. Le « Faites-ci, ne faites pas ça » dispensé aux citoyens régulièrement est éventuellement agaçant mais c’est le rôle de l’Etat, dans ces circonstances. Le devoir de la plus grande formation politique c’est de soutenir avec espoir, faire comprendre avec optimisme, sans cacher les choses, de manière responsable et adulte. Et de donner des perspectives en parlant d’autre chose. Les bruits perçus aujourd’hui sont le contraire de cela, et semblent montrer une délégation de responsabilité du mouvement au président, comme si celui-ci ne concentrait pas déjà assez de manettes entre ses mains. LREM peut relever le menton en communication et chercher une stratégie qui développe. Jouer l’impertinence en toute indépendance du lien présidentiel pourrait être un crédit sur l’avenir. Un « livre blanc » serait, par exemple, une réponse forte pour commencer. Se réinventer est à la mode.

https://www.yeah-communication.com/quest-ce-que-les-livres-blanc/

La future campagne présidentielle 2022 se fera après la pandémie, dans un ciel de traîne de début de reprise économique et de recherche de futur pour tous. Les marques / partis politiques qui auront soutenu les français aux moments difficiles, qui ne se cacheront pas derrière un « on a tout bien fait » de premier de la classe effrayé par le prof, et qui n’utiliseront pas la crise mondiale comme raison permanente d’échecs seront crédités. De confiance. De votes.

LREM doit parler en « grand » de la politique. D’ailleurs, l’adolescence est faite pour construire une indépendance et une structure. Et s’affranchir.

Répondre à l’appel du devoir, et réussir, en passe par là. Le jeu, c’est fini.

The End.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :