Les Politiques et l’Opinion : Saxum Tarpeium

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Les personnalité politiques, en France ou ailleurs, sont soumises à des montagnes russes de l’opinion, en particulier lorsque leur exposition est forte, ou momentanément indispensable. Par exemple, le ministre de la santé, O. Véran, est surexposé en ce moment. C’est évidemment le fait d’un événement, la Covid 19 en l’occurrence. La nécessité de transparence, en réalité une façon subtile d’ouvrir des parapluies, conduit un ministre ou un grand commis de l’Etat à fréquenter les médias, l’exposant aux risques d’image ou au contraire aux bonus d’opinions favorables. Lorsqu’on est ministre de la santé, ou tout autre ministère, cela n’a que peu d’importance dans certaines limites, si on n’est pas pressenti candidat à une future élection. L’impact est pour l’ego, pas pour la stratégie.

Il y a aussi d’autres façons de pratiquer ce toboggan infernal de l’image, certaines étant des descentes irrémédiables, même si la présomption d’innocence doit demeurer. L’ancien président N. Sarkozy en fait les frais aujourd’hui, à la suite de F. Fillon, et bien d’autres. https://www.ouest-france.fr/politique/affaires/avant-nicolas-sarkozy-quelles-personnalites-politiques-ont-ete-condamnees-a-des-peines-de-prison-7171885 . L’élimination de la sphère professionnelle et politique est évoquée, quels que soient les recours juridiques encore possibles et pouvant définir une éventuelle innocence. On peut juste remarquer, dans l’historique condamnation de N. Sarkozy du 1er mars 2021, que le reproche qui lui est fait d’avoir terni l’image de la France a trouvé un multiplicateur d’image négative gigantesque dans la procédure judiciaire elle-même.

C’est un paradoxe courant qui voit une affaire au périmètre réel et connu des accusés et plaignants se transformer, par sa durée et ses rebondissements dans les médias, en une opération involontaire de communication anti-France parfaite. Il pourrait y avoir de réelles sanctions, de justice si nécessaires, accompagnées d’une tout aussi réelle discrétion. Le huis clos existe, même si un fait de cette importance ne passerait jamais inaperçu. Le résultat, dans les médias, est désastreux pour la Justice également, rattrapée par le « détail qui tue » et qui n’échappe pas aux médias : elle condamne, sévèrement, mais la peine ne sera pas effectuée en prison. Ah ? Il y aurait donc deux poids deux mesures, et la Justice elle-même se retrouve agglomérée au système qu’elle dénonce, dans la perception du public. https://www.nouvelobs.com/justice/20210301.OBS40810/pourquoi-nicolas-sarkozy-condamne-a-un-an-ferme-n-ira-pas-en-prison.html. L’opinion suit le mouvement, la confiance déjà bien entamée des politiques et des institutions reçoit de nouvelles salves, et le bien de la nation est relégué au rayons des sujets « non essentiels », pour rester dans la tendance du moment.

Quant à Nicolas Sarkozy, il y a fort à parier que sa popularité se voit finalement résister, par l’aspect « seul contre tous » de cette histoire politique.

A l’autre extrémité de ces sous-sols de la popularité, on retrouve les valeurs montantes, parfois au sommet, parfois encore dans l’effort de la montée. Alors quitte à décevoir ces personnes, qui prennent beaucoup trop vite les couleurs du melon : leur ascension est rarement la conséquence d’un fait d’arme héroïque personnel. Une accumulation de circonstances, souvent dramatiques, viennent mettre en lumière un rôle soit rassembleur face à un événement barbare ou de guerre (attentats de Charlie, Bataclan etc..) , soit de « providence » dans un besoin de protection national (Covid19). Les opinions donnent des couleurs aux responsables politiques, quand les français en perdent. La violence dans un cas, le danger pour chacun, dans l’autre.

Et inversement : la descente de la cote d’E. Macron entre 2017 et 2018 (Benalla, Gilets jaunes, Retraites…) est emblématique de la réactivité aux décisions ou aux comportements :

Le fait national embarque l’opinion vers le haut et le fait divers la fait sombrer. Dans le jeu politique, c’est une injustice évidente car les événements nationaux sont rares et souvent imprévisibles dans leur ampleur, alors que les faits divers vous attendent au coin de la rue, résultats d’une simple erreur ou d’une vraie sortie de route. L’un est général, l’autre est particulier et nominatif. Il se trouve que les communications les plus impactantes sont celles qui racontent une histoire personnelle. Mais la chute vers les enfers n’est pas une fatalité. L’histoire personnelle d’un(e) responsable politique reste une matière à image, pour peu qu’on scénarise bien les choses, et que la personne soit évidemment sans ombre (visible) au tableau. C’est ce que font les marques qui veulent créer de la proximité avec leurs potentiels clients, en utilisant des acteurs forts en image positive, pour générer un dialogue presque intime avec le public. C’est une technique qui n’est pas nouvelle mais la personnalisation fonctionne toujours assez bien si elle est maitrisée.

C’est le principe de n’importe quel roman ou film que de s’attacher aux « caractères », dans le sens des personnages, pour leur donner vie et entraîner le public. Une histoire générale comme une guerre, ou une catastrophe, laissera indifférents presque tous ceux qui en sont éloignés, soit par la géographie, soit par la génération. Cette même histoire, racontée au travers de l’expérience d’un ou plusieurs personnages, trouvera son public, et même passera le message, qu’il soit romantique, culturel ou simplement historique.

Et les meilleures histoires sont souvent des drames, sous condition d’un « happy end ».

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles de janvier et février 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :