La France et les Conflits Fantômes

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Les conflits dans le monde sont de deux grandes familles principalement, si on veut simplifier. D’une part, les conflits locaux, culturels et souvent historiques, qui ressemblent à s’y méprendre à des Vendettas dont les origines se perdent dans la nuit des temps, les seules ingérences extérieures étant commerciales (armes, approvisionnements). D’autre part, les fausses guerres d’Etats, en réalité le reflet d’ambitions de super puissances, dépassant ainsi le caractère local violent pour un bénéfice plus stratégique et plus international. Dans les deux cas, des populations souffrent, les morts s’accumulent, et les organisations internationales font des recommandations, suivies de rien. La France, dans son mandat local (l’Etat français) ou ses mandats internationaux (ONU, OTAN), doit jouer un rôle mais les forces en action sont bien souvent beaucoup plus directement opérationnelles, et les mandats ne changent pas grand-chose aux affrontement du terrain. Et le terrain des guerres est celui-ci :

Pour les français, la communication de l’Etat et des médias sur ces sujets étant réduite au minimum, ces conflits lointains sont des fantômes. Même les journalistes impliqués et les organisations humanitaires qui s’expriment disparaissent des médias, noyés par l’information sanitaire ininterrompue. Les horaires de confinement ont remplacé les horreurs des conflits, et les chaînes d’info ont rempli leurs cases avec une quasi exclusivité Covid 19 depuis mars 2020.

La Turquie : L’importation des affrontements extérieurs sur le territoire français semble inexistante. C’est faux. Enfin, c’est insidieux et progressif, mais bien présent. Présente militairement en Lybie (soutien au GNA de Tripoli), en Syrie (opposition au territoire kurde) et en Irak (bombardements des Peshmergas), la Turquie est opposée à la France sur ces trois zones de conflits. Les récents échanges, et insultes à l’encontre d’E. Macron par R.T. Erdogan, agrémentés de communications vénéneuses sur la France qui maltraiterait ses musulmans, créent une atmosphère propre à exporter la haine sur le territoire français. C’est une forme de guerre, basée sur la communication, propre à brouiller la réelle information, avec parfois des actions locales violentes : Lyon. Quatre blessés après l’attaque contre un local kurde les « Loups gris » turcs mis en cause (msn.com) . Quels que soient les enjeux franco-français, ceux de la Turquie sont liés à la Fédération de Russie. Cette dernière avance en toute discrétion par cet intermédiaire turc sur un Moyen-Orient à contrôler. C’est le cas typique de conflits locaux manipulés par une super puissance. Paradoxalement, et malgré les postures officielles, la Turquie se met en danger économiquement, et le soutien russe aura la limite des intérêts régionaux qu’il pourra tirer des actions turques, en particulier en Syrie.

La Birmanie : Le Conseil de Sécurité de l’ONU condamne fermement la répression violente et les tueries en cours (+ de 500 civils tués à ce jour). Ce conflit interne génère des déclarations, mais quelles sanctions ou pressions sont en cours pour faire cesser cette situation ? Les déclarations n’ont jamais eu d’effet, qu’elles viennent de l’ONU ou d’ailleurs. La communication faite là-dessus peut donner bonne conscience aux citoyens, mais la vérité sur la « mollesse » de la réaction vient cette fois de la Chine : elle n’a jamais reconnu qu’il y avait eu un coup d’Etat le 1er février 2021 en Birmanie et a donc extrait des communications toute idée de sanction ou de menace. Le soutien historique de la Chine à l’actuelle Birmanie a mis fin aux bonnes intentions, bien qu’elles aient été exprimées.

Le Yémen : Ce pays, ravagé par la guerre et les crises humanitaires depuis des années, n’est rien d’autre qu’un terrain d’affrontement de puissances étrangères. Le Yémen n’a ni pétrole ni richesse propre à générer des ambitions hégémoniques extérieures. Sous des prétextes religieux assez flous, il s’agit d’une guerre « déplacée » entre Riyad et Téhéran, l’Arabie Saoudite soutenue par les Etats-Unis, et l’Iran par la Fédération de Russie ( L’Iran et la Russie parviendront-ils à isoler les États-Unis? | Slate.fr ) : à défaut de guerre froide, la guerre chaude, mais ailleurs. L’Occident ferme les yeux, les médias sont muets sur le sujet et les citoyens français n’ont pas la moindre idée des ravages perpétrés par ce conflit (+ de 230 000 victimes), dans un pays qui vit des aides humanitaires pour les deux tiers de sa population. Pourquoi la guerre au Yémen est aussi la nôtre | Les Echos

L’Afrique et les nouveaux conquistadors : La Russie, la Chine, et dans une moindre mesure l’Inde, sont dans une bataille qui utilise parfois les conflits mais reste surtout une forme de recolonisation de l’Afrique par l’endettement et la migration humaine. L’objectif est cette fois, pour les uns comme pour les autres, une conquête stratégique de territoires et de richesses, les Etats-Unis et l’Europe étant hors de ce jeu, pour le moment. Les vaisseaux russes de conquêtes sont des entreprises : Lukoil, Rosnef pour les énergies fossiles, Rosatom pour le nucléaire, Alrosa pour les diamants, Uralkali et Uralchem pour la chimie, et inévitablement les ressources d’armement avec Rosoboronexport. La Chine a misé sur des prêts gigantesques, et une implantation assez semblable sur l’énergie avec China National Petroleum Corporation et China Petrochemical Corporation. Sur la stratégie chinoise de possession de l’Afrique, la construction (grâce aux prêts) est un axe majeur avec China State Construction Engeneering et China National Machinery and Equipment.

En résumé, la Russie table sur les besoin énergétiques et matières première en exploitation, et la Chine sur l’appropriation de la construction par des prêts consentis et investis dans ses propres compagnies. Dans les deux cas, la puissance est à la hauteur des besoins : les Etats d’Afrique n’ont pas une chance de contrebalancer cette tendance. Pendant ce temps, les conflits mortels locaux ne baissent pas d’intensité, et le rideau de fumée qui masque l’appropriation par les deux superpuissances n’est pas près d’être levé.

La communication que l’Etat français pourrait reprendre à son compte est la mise en lumière des dangers stratégiques majeurs et humains au Moyen-Orient et en Afrique, comme un fer de lance journalistique de l’axe Europe/Etats-Unis. Mais cela n’existe pas, et les médias parlent d’autre chose.. Pourtant notre histoire et notre culture, après le désengagement colonial et la simple mention de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, devraient pousser les pouvoirs politiques à réagir, au-delà des ambassades. L’action menée par la France au Sahel (opération Serval, puis Barkhane) nous donne un droit et un devoir de nous exprimer face aux déséquilibres insensés qui se créent autour de l’armement et du commerce dans les pays les plus pauvres du monde. C’est une urgence. Le Pape, dans sa médiatisation annuelle mondiale en a rappelé les priorités, et quelles que soient les convictions religieuses, cette remise « dans l’ordre » des sujets, est en soi une bénédiction.

Lors de sa traditionnelle messe de Pâques, le Pape François parle guerre et Covid-19 | Actu

Le silence repenti d’un lundi de Pâques devrait conduire à sortir du silence de tous les jours.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :