Pouvoir et Mixité : Le CAC 40 Dernier de Cordée

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

En 2020, aucune femme n’occupait un poste de PDG au sein des entreprises du CAC40. Plus étonnant encore, lorsque les femmes sont en poste dans un comité exécutif, elles ne semblent pas favoriser non plus la mixité. La masculinisation de l’accès aux responsabilités a atteint une forme endémique, incluant la posture des rares femmes dans ces cercles. Pour une fois, l’administration publique et les hauts fonctionnaires de l’Etat montrent un exemple et une voie à suivre, portés par les électeurs et le législateur. Mais cela n’a pas atteint les sommets des pyramides du CAC 40.

En 2021, aucune femme PDG ou à un poste de président au sein du Cac 40 – (preventica.com)

Les chiffres sont saisissants et doivent nous interroger sur la capacité de l’Etat à influencer la société dans les cercles les plus élevés de la responsabilité privée :

La question de la liberté de pouvoir et d’administration dans les entreprises privées n’est pas en cause. Toutefois, lorsqu’un gouvernement, en cela suivi par l’opinion, érige la mixité en grande cause nationale, la preuve par neuf serait qu’il y ait un impact sur le profil des dirigeants du CAC 40. Ce serait d’autant plus bienvenu que la part de l’Etat dans ces entreprises n’est pas négligeable. La démonstration de l’inflexibilité du pouvoir privé est faite, équivalent haut de gamme de ringardise et vieux réseaux.

Il va de soi qu’aucun argument de valeur n’est opposable, la qualification des femmes pour ces postes n’étant plus un sujet depuis longtemps. Mais face aux portes closes, elles n’ont pas eu l’opportunité de créer une « success story » référente dans deux ou trois sociétés qui permettrait de faire sauter les tabous et autres freins, culturels, ou simplement vieillots et moisis. Ces expériences auraient pu servir de base à une communication forte, propre à motiver les étudiantes brillantes, au même titre que leurs homologues masculins. Dans les classements de talents féminins « à l’américaine » comme par exemple le classement Forbes, apparaissent en grande partie des femmes d’Etat ou assimilées (B. Macron, M. Schiappa..) ainsi que des actrices ou chefs d’entreprises mais aucune issue du CAC 40.

L’Etat, employeur, a un pouvoir de nomination discrétionnaire, qui rend justice à l’ équilibre recherché, mais cela ne concerne que la sphère publique (cf loi 6 août 2019).

Les participations de l’Etat dans le capital des plus grandes entreprises n’ont aucun impact visible aujourd’hui sur la répartition des responsabilités femmes/hommes , et, en un mot, du pouvoir. A l’inverse, dans son rôle d’employeur, l’Etat met en œuvre avec une efficacité réelle cette stratégie de partage égalitaire.

Il est plus que temps pour le pouvoir politique d’utiliser le poids de la participation au capital du CAC40 pour rompre un temps les rapports d’amitié, et commencer à négocier durement cette parité.

Quand on fait tourner la roue, au plus haut niveau, on ne peut pas rester le dernier de cordée de l’évolution.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Un avis sur « Pouvoir et Mixité : Le CAC 40 Dernier de Cordée »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :