Politique : La Défiance Française

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

En cette période complexe de fin de quinquennat et de crise sanitaire interminable mêlée de commémorations historiques, la défiance des français à l’égard de la politique reste un point particulier et national. Depuis 1789, malgré de nombreux changements politiques et une progression lente mais certaine de la démocratie, rarement le niveau de confiance des français n’a été aussi bas, et fragile. La crise de confiance dans les partis politiques, une spécificité française ? (theconversation.com) On peut utiliser l’argument du « mauvais caractère » ou du « jamais contents » à la française mais les causes sont plus profondes, quelles que soient les manifestations d’humeur culturelles.

La distinction est claire sur ce graphique entre le concret et le « Bla Bla » politique national. Plus les élus sont proches des préoccupations quotidiennes, plus ils sont respectés et crédibles. Plus ils s’en éloignent par la fonction et l’étendue de la responsabilité géographique, plus ils sont ignorés, mal compris ou peu convaincants. C’est rassurant sur les rôles et les travaux des élu(e)s locaux qui semblent être reconnu(e)s et compris(es) par les citoyens. Contre toute logique, nous voyons l’inverse se produire en terme de mobilisation électorale avec des abstentions records lors d’élections locales ou régionales, et une réelle mobilisation lors des présidentielles.

Ce paradoxe vient essentiellement du fait que les français, globalement mécontents ou soupçonneux vis-à-vis de la sincérité politique, ont une connaissance assez bonne de la structure constitutionnelle. Ils savent, par culture ou par historique vécu, que le ou la Présidente élu(e) détient en France un pouvoir inédit dans une démocratie occidentale, d’autant plus si l’Assemblée Nationale se joint à ce pouvoir avec une majorité présidentielle. Et la crise a exacerbé les effets. La confiance des Français à l’épreuve de la crise | Institut Montaigne Mais le niveau atteint par les Présidents au premier tour de chacune des élections, qu’on peut considérer comme le « réel résultat« , est traditionnellement loin d’une majorité. Après les périodes De Gaulle- Pompidou en 1965 et 1969 bien au-dessus des 40% au premier tour, les scores se sont réduits progressivement à une portion congrue. V. Giscard d’Estaing et F. Mitterrand ont inauguré les environs de 30%, puis J. Chirac à 20,8% en 1995. Depuis, seul N. Sarkozy a pu franchir la barre des 30% en 2007, F. Hollande et E. Macron étant confinés dans des scores au-dessous du quart des scrutins, condamnant ainsi les second tours à une majorité de « votes contre« .

Ces élections sont donc toujours frappées du sceau de la défiance, comme une période d’essai sans fin pour les Présidents. Mais l’autre élément, plus ancré, qui explique ce phénomène, est l’hypertrophie d’un pouvoir entre les mains de personnes issues du même moule, de la même culture, et très souvent de la même formation. Les calculs dans les décisions prises semblent le plus souvent provenir d’une intelligence bureaucratique déconnectée du réel, alors que le bon sens pourrait dicter de plus simples solutions. « La communication politique doit retrouver du sens, de la simplicité et de la sincérité » – Le Cercle des Communicants et des Journalistes Francophones (CCJF) Les citoyens sont plus aptes à comprendre et adopter des mesures simples et rapides que des tricotages soi-disant adaptés aux situations mais impossible à mettre en œuvre de manière rapide et simple. Ce qui est demandé par les citoyens, c’est un progrès partagé. En communication, le service public le plus célèbre de France l’avait compris :

L’exemple des dernières mesures vaccinales est emblématique de cette posture « dentellière«  propre à générer de la protestation plus que de la solution. Le vaccin obligatoire pour tous, dès aujourd’hui, aurait été accepté, compris, et les protestations inévitables de courte durée, avec une forme de « respect de la décision » propre à renforcer l’image du Président. La simplicité est un argument politique, au-delà de l’efficacité immédiate. A la complication de « l’esprit français« , on a répondu par une complication des décisions, mâtinée de morale. Covid-19 : « La vaccination n’est pas tout de suite obligatoire pour tout le monde », prévient Emmanuel Macron (francetvinfo.fr) Prévenir qu’il faut « réfléchir à la vaccination obligatoire pour tous » ressemble à une menace paternaliste, et une posture de suiveur, alors que la décider aujourd’hui ressemblerait à une prise de responsabilité courageuse, avant les allemands (pour une fois) avec anticipation et stratégie de simplicité.

La défiance vient aussi de promesses non tenues. Des promesses de début de mandat… jamais tenues (lefigaro.fr) La concentration des pouvoirs en France rend responsable de tout celui ou celle qui occupe l’Elysée. La réalité du monde fait que les imprévus catastrophiques sont plus fréquents, et les promesses plus fragiles. Face à cela, l’adaptation aux circonstances ne suffit plus, et notre système politique doit pouvoir évoluer vers des formes de décisions « prévisionnelles » et non « conséquentielles« . On peut admettre la défiance quand on est aux responsabilités, quand elle permet de voir, d’entendre, de comprendre et de changer. En politique, cela permet de sortir du lot.

La défiance des français est fêtée le 14 juillet.

C’est elle qui nous a tous fait progresser.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :