Elections 2022 : l’Atomisation Politique

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

L’atomisation politique, ou la multiplication exponentielle des mouvements, partis et personnalités visibles, est représentative de l’évolution de la société. Depuis l’avènement des contacts numériques et de la Big Data, la personnalisation des échanges commerciaux, sociaux, politiques ou autres, a transformé les messages de groupes en messages de personnes. Comment évaluer votre stratégie de personnalisation marketing – ORIANET

Ces interactions multiples ont favorisé l’apparition de nombreuses filières politiques, pour que chaque individu militant ou sympathisant puisse trouver la forme la plus proche, presque la plus intime, d’accord d’opinion. Une sorte de recherche de « match » permanente des individus face aux mouvements. Les communications en deviennent personnelles, et le scanner de personnalité devient plus impactant que celui des compétences, du potentiel ou des idées. E. Zemmour est une création typique de l’atomisation politique, au même titre (sans comparaison d’idéologie) qu’Edouard Philippe qui crée son micro-parti. Édouard Philippe s’apprête à créer son mouvement – Le Parisien

Nous sommes presque en automne 2021 et la campagne présidentielle devient une farandole de partis, de candidats, et de non-candidats qui vont l’être. Le premier tour de ces élections risque de voir un encombrement impressionnant, et surtout incompréhensible, des tables des assesseurs. L’autre effet probable de cette multiplication de l’offre est que le(la) président(e) finalement élu(e) n’a que peu de chance de dépasser 20% des suffrages au premier tour. Présidentielle 2022 : la très longue liste des candidats déclarés ou pressentis (nouvelobs.com) Ce sera le règne du traditionnel « vote contre » qui sert maintenant de pis-aller électoral habituel des seconds tours. A défaut d’enthousiasme, il y aura un résultat, ce qui est l’idée. La densité des « votes contre » donnera le ton de la future ambiance du quinquennat à venir. L’équation de la paix sociale et politique est virtuellement insoluble.

Dans cet environnement, les communications des candidats vont avoir besoin d’utiliser des règles issues du monde commercial pour obtenir une chance de mémorisation de leur message. Cela a déjà commencé avec des « promotions » tous azimuts sur les salaires à augmenter (V. Pécresse, A. Hidalgo entre autres… ) ou sur l’âge de départ à la retraite (M. Le Pen). Valérie Pécresse relance le débat sur les augmentations de salaire (msn.com) Il en ira de même sur la sécurité, l’immigration, l’anti-terrorisme, l’éducation et l’intégralité des domaines sensibles de l’électorat. Présidentielle: «Volte-face, démagogie, censure et coups tordus… Vous avez aimé 2017 ? Vous allez adorer 2022» (msn.com) Il est probable qu’il faudra relire cet article à l’aune des premiers mois de 2022, lorsque la campagne battra son plein. La façon de toucher les publics sera plus intrusive et plus personnalisée que celle de toutes les élections précédentes.

Il y a un phénomène marketing qui apparaît comme par magie pour les opposants directs d’E. Macron : la conscience des Territoires. Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand présente sa « République des territoires » (la-croix.com) Malgré les efforts et le profil de J. Castex, l’équipe gouvernementale et En Marche ont raté le coche de la décentralisation, la courte histoire du mouvement n’étant pas implantée localement. Les élections régionales ont été snobées par les électeurs mais n’en restent pas moins représentatives de cette faiblesse notoire. Les Républicains, et une certaine Gauche traditionnelle, s’engouffrent dans la brèche car cela peut les distinguer, avec une audience qui acceptera l’argument car il est prouvé. Anne Hidalgo veut effacer l’image de la Parisienne en campagne dans les territoires (radioclassique.fr) Cette approche est typiquement commerciale : démontrer sa supériorité sur l’axe faible d’un concurrent. Par exemple, si un produit est meilleur qu’un concurrent sur la technologie mais plus faible sur la durée de vie ou la qualité, cette marque ne va pas dire « on est quand même assez solide » mais  » nous avons de l’avance« . C’est basique, un peu facile, mais c’est le réflexe minimal lorsqu’on souhaite convaincre. C’est une erreur. La présidentielle exige du « frontal », argument fort contre argument fort et non faiblesse contre faiblesse : une « vraie » compétition, comme toutes les luttes au sommet.

Le problème reste non résolu. L’atomisation a généré le doute. L’envie et la possibilité donnée à chacun de s’exprimer créent une première phase de campagne, pour le tour n°1, bruyante et brouillonne dans les perceptions. Les axes complémentaires, forces des uns et faiblesses des autres, créent un puzzle intellectuel parfait qui conduit à penser que, finalement, si un gouvernement mandatait chacun au niveau de son électorat, on aurait la solution idéale. Fin définitive des partis, et constructions individuelles complémentaires : un « en même temps » absolu. C’est inconcevable dans la réalité, mais c’est cet effet de perception qui est le creuset d’E. Macron dans sa stratégie de recherche d’efficacité avant tout.

Cette approche est rendue possible car il n’existe pas aujourd’hui, dans les candidatures, de ténor(e) suffisamment équipé(e) et solide pour contester ou challenger les forces de la Macronie au lieu de s’installer confortablement sur le terrain de leurs faiblesses. Une piste de compétition de sujet qui « aurait de la gueule » serait : « comment améliorer la performance de la France et de l’Europe « . C’est la mère de tous les sujets du Président actuel. Macron veut une Europe qui « décide plus vite et plus fort » – Le Point

L’atomisation des relations entre ce qui est public et ce qui est individuel a gommé le pouvoir du marketing politique traditionnel mais n’a pas encore, dans cette campagne, trouvé de remplaçant stratégique. Pour cette raison, les partis d’opposition vont s’essouffler sur des sujets qui leurs sont chers (Sécurité-RN Territoires-LR, Social-PS, Ecologie-EELV) sans combattre d’égal à égal pour proposer une meilleure performance, tous sujets confondus, y compris sur les meilleurs sujets du gouvernement actuel.

Il se peut que cela change dans les mois qui viennent. Si ce n’est pas le cas, les oppositions auront le second tour qu’elles méritent.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :