Social 2022 : Moteurs et Explosions

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Le quinquennat finissant, se pose la question du modèle social français, et peut-être aussi plus largement européen. L’histoire économique du pays, indissociable de celle du travail, a généré une forme d’association entre la recherche de résultats et ce qu’on appelle la « paix sociale ». Politique. Rentrée : vaccins, embauches et paix sociale au menu du gouvernement (bienpublic.com) Mais cela a été fait et communiqué comme une « gestion » et non comme un facteur de réussite. Il y a pourtant bien une « mission sociale » très appuyée dans la répartition des budgets :

Rapporté à l’univers des entreprises, le schéma est assez simple puisqu’il calcule la protection et le confort « acceptable » des salariés pour promouvoir un effort et une implication maximum. C’est une sorte de donnant-donnant, au-delà du salaire préalablement négocié au départ. La veille sociale, un atout pour votre entreprise | Majors Consultants (majors-consultants.com) Le management se charge ensuite d’évaluer ce qui fonctionne ou pas. L’unique voie est de construire l’accès aux objectifs primaires que sont les chiffres de rentabilité, avec des objectifs secondaires destinés à consolider l’entreprise elle-même. Une sous-famille contient des éléments liés au futur (R&D : la recherche et développement) et à la stabilité, essentiellement obtenue par l’accord social de l’entreprise avec ses salariés. La performance sociale, une composante à part entière du projet d’entreprise, Partenaire – Les Echos Executives La bonne ambiance est un plus.

On ne sait s’il faut s’en réjouir ou s’en attrister, mais le schéma national français ne peut fonctionner avec des règles aussi simples, malgré les efforts des gouvernements successifs depuis plusieurs décennies pour expliquer qu’une économie florissante permet des mesures sociales équilibrées. Et si les entreprises se consacraient à leur mission de création de richesse plutôt que de faire étalage de leur « conscience sociale » ? – Les Observateurs C’est une vision archaïque qui part du principe que la création de richesse est antérieure à la cohésion sociale et que cette dernière est une récompense ou une aumône. Ce sujet avait été traité sous l’angle de la complémentarité et de la performance, sur ce blog, avec un article prenant en compte le rôle particulier des aides sociales en France :

Aujourd’hui, les déclarations et promesses faites par les candidats pour gagner du terrain dans la compétition présidentielle ne semblent pas évoquer une cohésion sociale et économique d’ensemble. Hausse des salaires: de belles promesses pour 2022 – ladepeche.fr Le sujet du social comme vecteur de rayonnement économique reste un peu tabou. Comme l’immigration, le chômage ou la retraite, ça pique les yeux. On le range dans le tiroir des problèmes avec une tendance affirmée depuis 2017 d’une construction de type «  activité-passivité » très manichéenne et surtout très peu visionnaire. On peut y ajouter la forme des communications très Macroniennes qui accentuent depuis presque 5 ans la stigmatisation des « oisifs » face aux « actifs« . Il y a un contraste très négatif entre le réel travail à faire (rapport ci dessous) et l’expression publique.

Le résultat, par une contagion tendancielle, est que les partis d’oppositions en route pour les présidentielles lancent des promesses chiffrées, comme des cadeaux, alors que la structure même de la France est construite par le social de manière interdépendante avec l’économie de développement. C’est un tout, et la fameuse paix sociale est une cause de réussite économique et non une résultante. Certaines entreprises l’ont compris : Bompard, Farandou, Niel… Plus de 100 dirigeants d’entreprises s’engagent dans le mentorat (msn.com) Cela semble fonctionner puisque la France atteint un PIB par habitant dans le club des pays les plus riches. (rouge foncé sur la carte)

Cette mise en perspective est difficile à concevoir pour d’autres pays avec des modèles directs « travail-richesse » comme les Etats-Unis ou dans une certaine mesure le Royaume-Uni. La sécurité sociale aux Etats-Unis (cleiss.fr) La France est effectivement une combinaison de facteurs d’une formule différente de ces pays, pourtant voués à poursuivre la même recherche de succès dans la performance. La difficulté de perception, pour le public, est que les communications qui nous parviennent sont la plupart du temps une approche binaire mettant dos-à-dos ce qui rapporte et ce qui coûte. C’est à ce moment, lorsque les tensions s’accentuent par manque de discours global, que ce qui est moteur devient explosif. L’UE promet du social pour mieux sortir de la pandémie – Le Point Le problème, c’est que le « social-moteur » (l’ensemble des mesures et lois de stabilité) est contrôlable et connu, alors que les explosions conduisent à des dépassements de sujets et de comportements dont nous avons été largement témoins ou victimes depuis 5 ans en France.

L’intelligence économique, réelle dans la politique du gouvernement actuel, n’a pas su trouver les mots qui assemblent les publics autour de cet objectif. Faire de la France la 1ère nation européenne innovante et souveraine en santé. | Élysée (elysee.fr) Cela signifie que le fond n’a pas changé non plus et que « la France qui dort vs la France qui bosse » a de beaux jours d’agitation sociale devant elle. C’est une copie du modèle anglo-saxon des « doers et des watchers » ou « farmers et hunters » courant dans les entreprises internationales. Ce n’est pas nous, une entreprise n’est pas un pays.

Il faut être clair, cette approche n’a rien de Gauche ou de Droite ou d’ailleurs. Ce n’est qu’une analyse de ce que les communications politiques mal calibrées peuvent avoir de nocif dans l’équilibre qui reste structurellement indispensable au pays pour réussir. Les 10 erreurs de communication politique les plus fatales de 2016-2017 | Le HuffPost (huffingtonpost.fr) On peut le nier, se révolter contre les charges, la retraite ou les congés payés, mais cela ne résout rien. L’équilibre en France passe par une vision sociale et culturelle imbriquée dans les dynamiques économiques, que ce soient dans les entreprises, les associations, les initiatives ou le simple vivre ensemble.

Concevoir et communiquer le social comme un investissement et non un coût pourrait éviter l’explosion des moteurs économiques.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :