Elus des Territoires : Les Locaux Motivés

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

La page d’accueil de ce site évoque la difficulté qu’ont les politiques à livrer leurs promesses. Ce phénomène est devenu une habitude, presque attendue par le public, comme si les paroles ne valaient guère plus que rien. Cette vision pessimiste est en grande partie liée à la confiscation de la communication par les élus nationaux, gouvernants ou d’opposition, médiatisés et visibles. Trop médiatisés, et trop visibles.

Naturellement, cette dimension « happening » exacerbe les différences entre la perception de ce qui a été promis et ce qui a été fait. À Marseille, les plans succèdent aux promesses pas toujours tenues (la-croix.com) La dégradation de la confiance politique se nourrit de cela. Il y a pourtant un réel pouvoir « exécutionnel » (ce mot n’existe pas) en France, entre les mains des élus locaux : Députés, élus des conseils régionaux et départementaux, Maires. Ce sont ceux qui font fonctionner la machine, et qui produisent, par les lois, actions, décisions, investissements et présence, ce qui manque à la parole donnée. Ils sont nombreux, motivés, et inconnus.

La campagne présidentielle en cours accentue l’effet de distance entre la parole et l’acte. Par exemple, l’approche d’A. Hidalgo qui souhaite se démarquer de l’image « parisienne » pour convaincre de son approche « territoires » avec des images campagnardes est une erreur de communication doublée d’un manque de connaissance des villes de province. Anne Hidalgo veut effacer l’image de la Parisienne en campagne dans les territoires (radioclassique.fr) Son mandat de Maire de Paris est, en soi, un mandat territorial sur lequel elle devrait s’appuyer pour expliquer ce qu’est l’action locale, les progrès, les barrières, et l’efficacité directe qu’on peut mettre en œuvre. Paris est la ville qui a le moins de grandes surfaces commerciales et le plus de « quartiers-villages ». Le commerce local et régional fonctionne, avec des dimensions de proximité que beaucoup de villes moyennes envieraient. Bref, il y a une démonstration à faire sur ce qui est, au lieu de laisser croire à ce qui n’est pas. Ce raisonnement tient aussi pour V. Pécresse dont le mandat régional Ile-de-France tient de la même logique, banlieue en plus, avec des performances existantes et démontrables. L’égalité pour les territoires ruraux avec Valérie Pécresse – Valérie Pécresse 2021 (valeriepecresse2021.fr)

Ces approches de candidat(e)s qui utilisent les « territoires » comme du marketing électoral sont vouées à l’échec. On écouterait volontiers un partage d’expérience, et on aura droit à des poncifs « veaux, vaches, cochons » sur la province, devenue un gros mot. Macron, la carte et les «territoires» – Libération (liberation.fr) La communication autour des territoires doit pouvoir se concentrer sur les réalisations concrètes et visibles, la plupart du temps entre les mains des élus locaux. La fameuse décentralisation existe déjà dans un travail quotidien et souvent fait d’abnégation des personnes en lien avec les citoyens et élus pour les aider, et avancer avec eux. La question générale porte sur l’image dégradée des politiques, alors qu’il y a des milliers d’exemples de réussites locales dans des univers différents, des urbanisations de tailles variées et des besoins divers associés aux régions. La parole politique nationale des gouvernants, candidats, partis opposants ou mouvements est le plus souvent un poids supplémentaire sur les épaules de ceux qui travaillent dans ce qui est dépolitisé et concret. Crise sanitaire et vie politique locale : “Un esprit girondin s’empare de certains élus dans leur rapport à l’État” – Actualité fonction publique (weka.fr) Lorsqu’une permanence politique locale est dévastée, il y a deux coupables : les crétins qui l’ont fait et le mouvement d’appartenance qui génère les tensions. Mais il y a une seule victime : l’élu local. Saccage de permanences LRM : « Nous sommes en train de nous habituer à l’intolérable » – PLANETES360

La période pandémique a généré une forme de retour sur soi des personnes mais aussi des nations. La valorisation, même surfaite par les médias, de la participation d’E. Zemmour en est un symptôme négatif parmi d’autres. Dans son versant positif, le retour sur soi a aussi été l’occasion de s’interroger sur la consommation locale, la réindustrialisation, l’autonomie européenne de défense, et nous l’espérons tous, la rénovation du système de santé. La Covid, accélérateur du fédéralisme européen ? (franceculture.fr) Ces sujets, en particulier sur la réindustrialisation et la transformation des productions locales, sont de réels enjeux territoriaux, pris à bras le corps par les élus avec des effets à court et moyen terme sur l’économie et le progrès, mais aussi sur la confiance des entrepreneurs sur « le local » en général.

La communication sur ce qui est réalisé, sur la proximité avec les citoyens, ou sur la traduction des directives nationales en enjeux géographiques serait essentiellement une communication  » de preuves » mais elles est inexistante ou invisible. Ce serait pourtant un relais efficace d’explication des politiques nationales et de leurs effets, au lieu d’un bavardage très souvent contredit des responsables politiques nationaux. Les marques « à réseaux » ont depuis longtemps utilisé cette forme de communication vers leurs clients, le « tout numérique » n’ayant pas rayé de la carte les agences et commerces physiques. Quid de la communication de la preuve ? (btob-leaders.com)

Il existe en France un tissu d’élus locaux très vaste et bien supérieur aux volumes de nos voisins européens. L’Europe des communes | Commission européenne (europa.eu) Et si on s’interroge sur les coûts de cette population, on peut regarder ce graphique sur les indemnités des Maires pour mesurer l’immensité de leur motivation :

Le retour d’une forme de confiance des français dans la politique en général n’est pas un jugement réel de ce qui a réussi ou échoué, mais une impression permanente d’échec de la parole. La conséquence en est une perte de confiance dans cette même parole dès lors qu’elle ne semble suivie que de peu d’effets. La mise en lumière des élus locaux serait une voie de compréhension mutuelle, de preuves et de retour à une meilleure forme de relation entre la France et ses politiques.

Compte tenu du nombre de projets et de personnalités, cela mériterait une chaîne de télévision à part entière. Il y en a bien une sur les débats de l’Assemblée Nationale, et un essai avec Territoire.TV, mais celle qu’on pourrait imaginer sur les vraies locomotives de la politique territoriale serait beaucoup plus teintée d’aventure et de risques. Les français adorent. Y a t’il des professionnels intéressés ?

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :