Europe Politique : Retrouver l’Energie.

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Nous venons de le constater en Europe et en France : les entités qui font fluctuer l’économie, l’inflation, et en bout de piste la santé des portefeuilles individuels, ne sont pas en Europe. C’est ainsi depuis longtemps mais l’équilibre des nations avait jusqu’à présent été relativement stabilisé. L’OPEP/ OPEC ( Organization of Petroleum Exporting Countries) est composé de l’Algérie, l’Angola, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Irak, l’Iran, le Koweït, la Lybie, le Nigeria, la Guinée Equatoriale, le Congo, le Venezuela et le Gabon. OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) : pays membres, chiffres, histoire, enjeux (connaissancedesenergies.org) La simple liste de ces pays, dont le rôle est majeur sur l’exportation d’énergie fossile vers l’Occident, donne à penser que les réglages vont être de plus en plus difficiles à concrétiser. Ce n’est pas une surprise mais l’écho de communication qui parvient dans les foyers français n’évoque jamais cela.

Aujourd’hui, lorsqu’on découvre les hausses régulières des prix des carburants, associées aux mesures gouvernementales pour diminuer l’impact de l’inflation (chèque de 100€), on a l’impression d’une gestion victimaire qui ne peut finalement batailler que sur le bout de la chaîne. Hausse du prix des carburants : à Dijon, le ressentiment des automobilistes (lemonde.fr) L’absence de communication sur les causes et les effets produit un vide qui se remplit par des décisions qui semblent justes, mais au fond simplement momentanées et inquiétantes sur le moyen terme. Annonces de Jean Castex sur la hausse des prix des carburants : l’opposition souhaite une baisse des taxes, Emmanuel Macron réplique (lemonde.fr) Ce qui est en cause, c’est la capacité de l’Europe à faire état de sa fonction « client » dans un marché pétrolier qui fonctionne de manière très simple. Les réserves et gisements ne sont pas infinis mais sont exploitables dans des délais qui permettent de faire aboutir une transition énergétique dans les 10 à 15 ans qui viennent. La question actuelle du prix à la pompe ne vient pas de ces échéances.

Pour résumer, l’OPEC/OPEP en concertation avec les plus grandes agences de notation financière a un point d’équilibre de prix de vente à environ 70$ le baril. Le baril le pétrole au plus haut depuis 7 ans ! (independancefinanciere.fr) Cet équilibre, c’est le prix qui permet aux pays importateurs d’absorber le coût de l’énergie sans dégradation économique globale, et donc avec un prix à la pompe acceptable. En dessous de ce tarif, c’est une baisse liée à d’autres crises (type Covid19 et confinement) entraînant une réduction de la consommation de carburant, phénomène rare. Au-dessus, on considère qu’à 90$ le baril, les économies clientes entrent en inflation forte et possiblement en récession, ce qui ramène au scénario « crise grave » et baisse de consommation et donc à nouveau des prix. Mais dans ce dernier cas, les dégâts occasionnés sur les économies seraient très lourds à renflouer, et l’OPEP n’y trouverait pas son compte. L’influence économique et géopolitique de l’OPEP depuis 1960 – Major-Prépa (major-prepa.com) Le réglage moyen à 70-75$ est donc une manette simple qui menotte les économies mondiales et les protège en même temps. Aujourd’hui nous sommes à 85$, baril WTI (West Texas Intermediate). Le baril de WTI américain a franchi la barre des 85 dollars (boursedirect.fr) Il serait temps de tourner le robinet dans l’autre sens, et augmenter la production pour répondre à la demande.

La question du poids de l’Europe, dans les communications que nous recevons, est essentiel. Y-a-t ‘il des négociations ? Y-a-t ‘il une influence ? Quel est le plan ? Cadre européen énergie-climat | Ministère de la Transition écologique (ecologie.gouv.fr) Quand on regarde le graphique ci-dessous (même si les prix ont déjà bien augmenté depuis), on se rend compte que les différences entre les pays sont relativement faibles, sachant qu’à prix d’achat égal, c’est le système fiscal local (taxes) qui joue sur les prix à la pompe. Une fois encore, les discours des candidats aux Présidentielles viennent challenger des mesures de « bouts de chaîne » en remettant en cause les taxes françaises. Indemnité inflation de 100 euros : l’opposition carbure aux critiques, la majorité applaudit (ouest-france.fr) En réalité, baisser ces taxes reviendrait à vider une poche pour trouver le moyen de la remplir à nouveau, dans un équilibre budgétaire aussi politique qu’économique. Baisse des taxes sur le carburant: le gouvernement botte en touche (msn.com) La certitude qu’on peut avoir, c’est qu’il existe un déséquilibre flagrant entre les puissances productrices d’énergie pour le pétrole et le gaz (OPEP/Russie), et l’Europe qui ne communique pas sa stratégie de défense économique. L’Opep du XXIe siècle : une mutation verte – La Tribune Diplomatique Internationale (tribune-diplomatique-internationale.com)

La conséquence de l’accumulation de communications politiques sur la manière de freiner l’inflation est qu’on pousse les français à incriminer soit la taxation, soit la faiblesse d’une prime, et que le complotisme marche à tout va sur le sujet. Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo veut mêler baisse des taxes sur le carburant et écologie sociale (20minutes.fr) La réalité est qu’il serait bon de prendre en considération le « temps long » sur le sujet de l’énergie avec un schéma transitionnel qui libère à la fois les nouvelles technologies de ressources énergétiques, et désenclave progressivement les grandes régions du monde des dictats économiques des producteurs de pétrole. La demande de pétrole rebondira fortement en 2021, mais restera pénalisée par le secteur de l’aviation – Mieux Vivre Votre Argent (mieuxvivre-votreargent.fr) Il ne s’agit plus de règles « commerciales » mais du moyen de préserver l’équilibre des forces en limitant les faiblesses et menaces futures. Une communication stratégique sur la « gestion économique du fossile » dans le cadre des transitions serait bienvenue pour faire accepter ou au moins comprendre aux français quels sont les approches et scenarii possibles.

La France prendra bientôt les rênes de l’Europe pour un temps limité. En 2022, Emmanuel Macron sera président de l’Europe ! (latribune.fr) Ce serait peut-être l’occasion de redonner à ce sujet sa place réelle, dont dépend la majeure partie de nos activités quotidiennes. On ne peut éponger sans arrêt, ni se justifier de l’impôt ou des taxes sans arrêt. Il faut un diagnostic qui soit suivi d’une stratégie durable sur l’énergie. Un candidat aux Présidentielles pour parler de ça ?

La transition énergétique n’est pas une écologie qui rejette tout ou un mondialisme qui accepte tout. C’est une mise en œuvre de l’Europe politique comme force de négociation et de développement, avec l’aide des Etats-Unis et de la Chine. Avec un peu de tact, la Russie s’y mettrait aussi. L’Europe peut jouer la médiation si elle est unie. Ce n’est pas se marier, mais se parler.

Sinon, le pétrole continuera de décider pour nous, sans nous.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :