Politique : Les Jeunes, Seuls Démocrates ?

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Parler « des jeunes » comme un groupe est presque un non-sens. Les 15-29 ans constituent une population protéiforme de près de 12 millions de personnes en France. Cette génération est construite sur des dimensions diverses, influencée par « l’attitude numérique » intégrée comme un gène, et des regards à la fois individualistes et communautaires. C’est un monde de paradoxes assumés avec une vision de la politique qui ne ressemble en rien à ce que celle-ci offre aujourd’hui. PODCAST. La présidentielle et les jeunes : Maïwenn, 17 ans, se lève tôt pour se construire un avenir (ouest-france.fr)

Le spectacle de la campagne présidentielle en ce moment n’a que peu de chances de toucher les jeunes dans leur ensemble, en dehors de convaincus ou militants dévoués qui restent une minorité. Le problème majeur reste la crédibilité des intervenants qu’ils soient gouvernants ou opposants, la défiance générale d’aujourd’hui étant accentuée au sein des populations jeunes. Comment donner aux jeunes l’envie de voter ? – Le Point La réalité de cette génération est pourtant simple en comparaison des générations précédentes : par nature, ils n’ont pas connaissance du monde d’avant et donc ne peuvent s’y référer comme base de réflexion, de jugement ou d’ambition. Peu importe ce que les parents ou proches peuvent raconter, la politique spectacle démontre l’art de la contradiction, des promesses non tenues ou simplement irréalistes. L’aspect le plus excessivement éloigné de « l’esprit de jeunesse » est l’incapacité des responsables politiques à la modestie, à expliquer leurs erreurs, pour en faire un dialogue plus réel, plus équilibré, et au fond plus crédible pour les jeunes. COP26 : « La priorité de nos politiques publiques n’est pas donnée à la jeunesse » (la-croix.com)

Les attitudes d’imitation, ou la recherche de proximité en utilisant leurs médias sont rarement suivies d’effets car, au même titre que le « parler jeune » par un adulte, l’apparition d’un quadragénaire, ou plus, sur les réseaux sociaux se solde le plus souvent par le ridicule ou l’anecdotique. Présidentielle: Mélenchon demande aux jeunes de « passer les hypocrisies au karcher » (orange.fr) L’aspect « communication » est identifié immédiatement et associé à tous les aspects irréguliers ou peu honnêtes que la parole politique peut avoir aujourd’hui. Il peut y avoir de la sympathie, momentanément, mais l’objectif électoral doit être expliqué directement, sans détour, pour avoir une chance d’être entendu. Les politiques classés selon leur influence sur les réseaux sociaux – Stratégies (strategies.fr) L’exigence des jeunes n’est pas qu’on les comprenne par magie, mais que la vérité soit dite, avec son lot d’espoirs mais aussi de craintes. Une parole politique vers cette génération ne peut se contenter d’une tentative de séduction ou de quelques mesurettes d’apparence solidaire. Il faut se justifier de son rôle, de ses actions, de ses erreurs, et décrire en détail les projets, avec des dates, des objectifs et des moyens. Le moins que l’on puisse dire, dans cette phase de campagne, c’est que même vers l’audience de la population globale, ces éléments sont dramatiquement absents des débats, quels que soient les bords politiques. Mais pour les jeunes c’est rédhibitoire, ils ont autre chose à faire que d’ écouter les vœux pieux et les invectives d’arrière-garde entre vieux de la vieille de la politique. Ils le chantent : OrelSan dévoile « L’odeur de l’essence », un titre politique explosif qui dézingue des leaders pyromanes (msn.com)

Pourtant, malgré les nombreux sujets difficiles, l’engagement ne leur fait pas peur, à condition que leur légitimité soit reconnue. L’aspect « démocratique » de cette génération est leur réelle compréhension des dangers écologiques et leur faculté à ne pas en faire reproche aux générations précédentes. Présidentielle 2022 : « Les enjeux écologiques et d’égalité seront au cœur des préoccupations des jeunes » (20minutes.fr) Contrairement aux débats actuels sur l’immigration et la sécurité comme seuls sujets ou presque, les jeunes souhaitent faire entendre leur voix « planète » avant même leur propre futur sur l’emploi ou la précarité. La conscience de ce qui est a remplacé l’aigreur de ce qui aurait pu être. Climat, pauvreté, terrorisme : les (sombres) préoccupations des ados (yahoo.com) Ce n’est pas que de la générosité, même si c’est une caractéristique importante. C’est une approche réaliste des choses, beaucoup moins idéaliste et en recherche d’actions à mener. Cette énergie-là est en recherche de « sponsors » politiques qui leur fassent confiance car leur maturité politique est supérieure, à âge équivalent, à celle des plus anciens d’entre nous. Jeunes et politique : «Cette génération se sent pleinement légitime à s’engager» – Libération (liberation.fr) Cela ne donne pas automatiquement un billet « jeunes » à Yannick Jadot, mais il a, avec son parti, une occasion en or de rassembler cette population derrière ses projets. Les conditions sont les mêmes que pour les autres candidats : « Vérité, Simplicité, Humilité », comme versant moral de « Liberté, Egalité, Fraternité« . La démocratie a besoin d’entendre cela, ce qui n’est pas le cas en ce moment.

Enfin, malgré une bouderie des bureaux de vote aux municipales et régionales, les élections présidentielles restent pour les jeunes une occasion potentiellement à ne pas manquer. C’est une démarche sans illusion mais tout de même encore suffisante en espoirs pour les amener devant les urnes. Présidentielle 2022. Près de 90 % des jeunes ont prévu d’aller voter, selon un sondage (ouest-france.fr) Il est probable que ce vote soit surprenant, voire même décisif stratégiquement pour les candidats, si la mobilisation se fait car les avis divergent à ce sujet.

A ce stade de la campagne, peu d’arguments ont été développés pour convaincre une population jeune en France. Présidentielle 2022 : La jeunesse va-t-elle pour une fois massivement voter ? (20minutes.fr) La COP26, pour les uns « déjà pas mal », pour les autres « insuffisante », est très peu commentée alors que c’est un sujet central pour tous, et une priorité absolue dans la communication à développer auprès des jeunes. Parler d’écologie planétaire n’est pas de Gauche, de Droite ou du Centre, et ce n’est pas même « écologiste« . C’est parler aux jeunes en parlant des jeunes.

La vision démocratique de la jeunesse est inattaquable. Ils ont leurs extrémistes mais dans leur grande majorité leur approche de la protection de la liberté, du respect des genres, des ethnies, des origines et des âges en font des concitoyens hors pair. Ils peuvent éclairer l’avenir, avec l’énergie politique indispensable aux vraies démocraties.

Ils n’ont pas besoin de la politique. C’est elle qui a besoin d’eux.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :