Présidentielle 2022 : Ensembles et Patates

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

La référence du titre est celle des mathématiques et non une forme irrespectueuse de définition de certains groupes politiques, ce qui serait une facilité. Les « ensembles » et les « patates » sont deux expressions qui définissent des groupes. Les ensembles sont des associations éventuellement disparates, et les patates des formes aléatoires à l’intérieur desquelles se retrouvent ceux qui se ressemblent. Pour résumer la métaphore de manière lapidaire, une patate a une identité, un ensemble pas obligatoirement. Partis politiques (france-politique.fr) Les constructions politiques en vue des présidentielles et législatives 2022 appartiennent à ces deux familles, pour ceux qui ne jouent pas en solitaire, mais au sein d’un parti (patate) ou d’un groupe de mouvements (ensemble). La question est donc : qui a les meilleures chances, et des chances de quoi ?

On peut déjà éliminer ceux qui n’ont aucune obédience à un parti politique ou à un mouvement représentatif. Pour eux, les chances sur les deux élections sont nulles, et on peut y classer tous ceux qui sont orphelins de parti, sans aucune patate à laquelle se raccrocher, d’ E. Zemmour à Jean Lassalle en passant par F. Asselineau entre autres. Quinze candidates et candidats à la présidentielle 2022 que vous ne connaissez sans doute pas – Edition du soir Ouest-France – 19/11/2021 Les sondages individuels de pré-campagne peuvent valoriser des gens médiatisés (E. Zemmour) mais l’appareil minimum pour être identifié par les électeurs doit exister. Cela n’est pas impossible. E. Macron avait monté son mouvement assez rapidement, mais le temps passant, il reste quelques poignées de semaines aux isolés pour regrouper et nommer un électorat potentiel, pour au moins se faire représenter à l’Assemblée Nationale. Le cas d’ E. Zemmour, au-delà de ses idées, pourrait bien être le contre-exemple à ne pas suivre de la valeur d’une équipe et d’un parti, en support de réalité de la seule notoriété d’une personne. Présidentielle 2022 : les talons d’Achille d’Eric Zemmour – Challenges C’est la base de toute existence crédible, que ce soit en politique ou en entreprise.

Dans les « classes » politiques, il y a de nombreuses comparaisons possibles avec l’univers du privé. On pourrait par exemple comparer le groupe Stellantis et ses 14 marques (dont Peugeot, Citroën, DS, Fiat, Alfa Roméo, Opel etc…) avec « la maison commune » chère à F. Bayrou, regroupant le Modem, Horizons, La Rem, Agir. Présidentielle 2022: avec « Ensemble citoyens! », la maison commune de la majorité a trouvé son nom | Le HuffPost (huffingtonpost.fr) Le nom retenu « Ensemble Citoyens » est la transformation en « marque » du nom générique, objet de cet article. Ce nom est faible et statique comme tous les noms issus du plus petit dénominateur commun. On ne pouvait pas le rater : « Ensemble, citoyens ! », un nom (vraiment) commun pour les Macronistes (francetvinfo.fr) A l’instar de Stellantis, on est dans une construction d’assemblage de mouvements (on aurait pu prendre d’autres exemples d’entreprise, mais ce cas est emblématique). La différence majeure est que l’assemblage « Ensemble Citoyens » a un patron par mouvement ou parti, ce qui ne marche jamais, (F. Bayrou, E. Philippe, R. Ferrand...) alors que Stellantis se plie aux règles d’administration classique avec un seul patron, un conseil d’administration et toutes les structures juridiques indispensables au contrôle, pour faire court. Les marques restent challengées sur la performance mais n’ont qu’une seule référence de groupe. T3 2021 : Stellantis limite la casse face à la pénurie de puces – Leblogauto.com Il n’y a donc aucune guerre interne.

« Ensemble Citoyens » n’a pas cette clarté sur ses fonds baptismaux sachant que finalement le seul patron est celui dont on ne parle pas, qui dirige aujourd’hui le pays, et l’administration européenne d’ici peu. Il y a une forme d’hypocrisie indéniable, source tout aussi indéniable de futures oppositions potentielles. La puissance électorale est là, le potentiel de dissidence également. « Ensemble citoyens »: la maison commune vire au bras de fer entre Edouard Philippe et François Bayrou (bfmtv.com) Par ailleurs, ce nom galvaudé a déjà été utilisé par d’autres, il va falloir bosser l’antériorité :

Côté patates, l’enjeu est d’en sortir pour en faire un ensemble à plus haut potentiel électoral. La Gauche est dans cette logique intellectuelle sans être dans un passage à l’acte. Ce ne sont pas les volontés qui manquent, la patate centrale étant les « Verts » de Yannick Jadot. Ce dernier souhaite le ralliement des socialistes menés par A. Hidalgo, mais on voit bien que la fin de non-recevoir est sans doute le seul résultat possible. « Je dis aux socialistes : rejoignez-nous! », Yannick Jadot appelle à un rassemblement (msn.com) A l’autre bord du prisme, la patate « France Insoumise » de J.L. Mélenchon souhaite également un ralliement de rassemblement avec les Verts et va même jusqu’à changer de nom pour « Union Populaire », pour radoucir l’insoumission et tenter de créer un ensemble avec les écologistes. Présidentielle: Jean-Luc Mélenchon « très satisfait » de Yannick Jadot (enfin presque) (yahoo.com) Les tentations existent pour des ralliements individuels, mais pas au niveau des têtes de liste, condition sine qua non d’un assemblage réel. Sortir de patates historiques est une ego-impossibilité. Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo ne se ralliera pas à Yannick Jadot (rtl.fr) Ce n’est ni intelligent ni stupide, simplement le reflet de la politique qui rime avec égotique, part d’ombre malheureusement inévitable, même chez les meilleurs.

La patate « Les Républicains » n’a pas ce problème de regroupement, aucun ralliement n’étant à l’ordre du jour. L’idée pour eux est déjà de définir un(e) chef(fe) et de défendre un programme avec des armes classiques de campagne électorale. Présidentielle 2022 : grand oral des candidats Les Républicains devant le « parlement » du parti (sudouest.fr) On ne peut nier que ce parti a retrouvé des couleurs par le processus de désignation et la clarté du combat face à E. Macron. Présidentielle 2022. Adhésions en nombre chez LR, des Verts remontés… Les échos de la campagne (ouest-france.fr) Au fond, c’est un point commun avec la Gauche dans sa globalité que de se poser en « réel opposant » comme le veut la tradition républicaine. D’une certaine manière, on retrouve des classiques de la politique : s’opposer au pouvoir en place par des propositions, un programme, une stratégie et une ambition électorale. Anne Hidalgo : « Emmanuel Macron est en campagne, maintenant personne n’en doute » (francetvinfo.fr) Les chances sont minces encore pour les présidentielles pour LR et très faibles pour le PS mais il se pourrait bien que leurs marques de fabrique soient un atout très fort pour les législatives, l’Assemblée Nationale ayant besoin de se débarrasser de son image d’administratrice de décisions présidentielles. La clarté est au rendez-vous pour l’identité « patate ». Il reste à définir qui et quoi. Débat LR : retraite, impôt, logement… Les propositions économiques des candidats (msn.com)

Enfin, le RN reste la patate indéfectible de l’opposition « second tour« , sans saveur différente de ce que 2017 a montré, et démontré. On prend les mêmes et on recommence. La bataille médiatique Zemmour-Le Pen rend le sujet plus amusant pour le public, mais plus lassant avec le temps, le combat final attendu étant pollué par la certitude d’une défaite supplémentaire. Face à la montée d’Éric Zemmour, le RN change de stratégie de communication – Le Point Les électeurs ont besoin de victoires, non de batailles internes, que ce soit régionalement, nationalement ou au niveau d’un groupe parlementaire. Les plafonds de verre sont souvent le lot des patates aux extrémités, le « Rassemblement » nommé n’étant pas politique mais électoraliste. Il en va de même pour la nouvelle « Union Populaire » (ex LFI ) qui n’a d’union que le nom. Présidentielle 2022: Mélenchon lance «l’Union populaire» pour se libérer de la France insoumise (rfi.fr) Ces partis semblent penser que « se nommer suffit pour être » : c’est un bon réflexe marketing, certes, mais comme en physique, sans contenu tout emballage mou s’effondre. La démocratie se doit d’en tenir compte et d’entendre leurs électeurs, mais devenir un pouvoir est la limite de ces patates-là.

La simplification extrême de cet article pour évaluer les mouvements politiques n’est pas terminée. Les enjeux nationaux et internationaux de la France restent soumis à une Constitution qui donne des pouvoirs exceptionnels au Président de la République, surtout si le Parlement lui assure un coussin opérationnel. L’enjeu des législatives est probablement plus important que celui de la présidentielle en 2022. Législatives : les écologistes proposent un accord au PS en échange d’un soutien à Jadot pour la présidentielle (lejdd.fr) Un « ensemble » permettra de gagner la présidentielle, mais « les patates » seront la clé d’une diversité démocratique représentative des citoyens au Parlement.

Que ce soit par des Ensembles ou des Patates, tous les citoyens veulent être représentés.

Un(e) Président(e) ne suffit donc plus. La vraie campagne 2022 est législative.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :