Présidentielles 2022 : Les Nœuds Gordiens

Article n° 155 du 7 février 2022, écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Les légendes antiques pourraient bien aider à illustrer ce qu’il se passe en ce moment sur la scène de la campagne présidentielle. Pour mémoire, le Nœud Gordien était un lien inextricable qui attachait le joug au timon du char du roi de Phrygie, Gordias (La domination du monde était promise à celui qui le dénouerait. Alexandre Le Grand le trancha). Il se trouve qu’aujourd’hui, les chars étant à la remise, les liens inextricables sont eux bien vivants, perpétrant ainsi la tradition millénaire de la complexité politique pour la domination d’un monde, en l’occurrence la France. DOMINATION, Théories de la domination – Encyclopædia Universalis Couper ces liens ou les transformer en atout est la question clé que chaque candidat doit résoudre car aucun(e) d’eux (elles) n’en est affranchi(e).

Valérie Pécresse : sa situation politique, dans cette campagne, est en quelque sorte « sous perçue » par les électorats républicains de Droite ou Centre-droit. Son approche par le travail et la rigueur est une démonstration personnelle, incontestée, mais peu efficace sur le plan électoral. Présidentielle: Valérie Pécresse déroule son programme scolaire – Libération (liberation.fr) La Droite traditionnelle a toujours eu un problème avec la communication, même si les efforts de punchlines de V. Pécresse peuvent parfois faire mouche pour attirer les médias. C’est très insuffisant dans une campagne où la proximité de certaines images avec le RN et certaines autres avec E. Macron la placent dans une posture floue. Présidentielle: Pécresse cajole le centre après l’aile droite (msn.com) Son programme est complet, argumenté et reste celui qui peut le plus challenger E. Macron dans un hypothétique second tour. Elle bénéficie aussi d’un effet d’aubaine potentiel par le biais du vote E. Zemmour qui pourrait bien l’aider à grimper la marche du second tour, en dégradant le score Le Pen. Présidentielle : Éric Zemmour remonte, Marine Le Pen en baisse, Emmanuel Macron stable en tête, selon notre sondage (francetvinfo.fr) Mais son réel nœud Gordien s’appelle N. Sarkozy, et non J. Chirac qu’elle cite très (trop) souvent. En effet, quels que soient les éléments qui l’opposent à N. Sarkozy (on ne connait pas l’arrière-cuisine de leur relation), ce dernier reste un élément arbitral très puissant dans cette campagne et un soutien trop tardif ou trop peu personnalisé apparaîtrait comme un désaveu sans trahison ou un support sans passion. Nicolas Sarkozy agacé par Valérie Pécresse : sa petite phrase assassine (msn.com) Pour dénouer ce frein, une des causes vraisemblables de la stagnation sondagière, elle doit le convaincre, le valoriser, bref se faire aimer par N. Sarkozy. Il en serait un relais brillant, surtout efficace pour la Droite et donnerait un peu d’air à sa campagne. Le travail paye d’autant plus quand il est promu par ses pairs, il permet de passer de la sueur à la lumière.

A. Hidalgo, C. Taubira : On n’en finit pas de parler de la désagrégation de la Gauche, cet article ne va pas en rajouter. Tout le monde assiste à l’autodestruction d’une histoire politique, à l’inverse de ce que les français pourraient souhaiter, à savoir une forme de retour d’équilibre des contre-pouvoirs face à une Droite et une extrême-Droite en pleine forme. Présidentielle 2022 : quand la débâcle du PS attriste Les Républicains (rtl.fr) Le Nœud Gordien pour ces deux candidates tient de la même logique : elles doivent couper le lien historique, se débarrasser d’un Parti Socialiste à l’ancienne, lui-même issu de l’après-guerre et obsolète. Un parti Social Démocrate moderne à la française ne s’invente pas en quelques semaines de campagne mais se bâtit sur l’analyse des échecs, le réalisme d’un programme sociétal du 21e siècle et la prise en compte des nouveaux moyens et des nouveaux enjeux. La démocratie sociale, cet art oublié du compromis (lemonde.fr) L’explication de « ce qui ne va pas en France » n’est plus l’argument, et la « défense des acquis sociaux » n’est plus la pierre angulaire, même si cela reste un élément de la stratégie. Une Gauche moderne doit faire aussi la promotion de la performance et du travail et s’exprimer sur la place et l’ambition de la France dans le monde. Le Parti socialiste au bord de la crise de nerfs (lemonde.fr) 2022 ne sera pas l’année où le lien sera coupé avec le vieux socialisme, et ce n’est pas une bonne nouvelle car le lien mortifère avec l’histoire s’accroche aux (vieilles) branches.

M. Le Pen : Dans son cas, on est presque dans la traduction littérale de la légende du Nœud Gordien. Les liens familiaux, les liens managériaux, les liens historiques sont tous des ennemis de son potentiel accès au pouvoir. Marine Le Pen « ne peut pas gagner seule » en 2022, selon sa nièce – Le Point L’héritage d’un parti sans en avoir été la créatrice, la volonté contredite de rendre ce parti fréquentable, l’absence de leadership occasionnant la fuite des équipes vers une offre plus traditionnelle et aussi plus vivante et médiatisée (E. Zemmour), et le partage des « histoires de familles » avec les potentielles trahisons (M. Maréchal) sont le décor de cet empêchement. Transfuges du Rassemblement national : « Que ceux qui veulent partir partent », lance Marine Le Pen – midilibre.fr Il y a une forme de théâtralisation du plafond de verre, bien évidemment utilisée par ses concurrents sous couvert d’ incompétence potentielle ou de fatalité à subir un nouveau débat désastreux face à E. Macron. On ne sait ce qu’il y a de pire pour elle entre être soutenue par J.M. Le Pen ou être trahie par M. Maréchal. Dans ce nœud, bien solide, il y aura sans doute les deux. “Ils veulent me tuer” : Marine Le Pen, trahie, peste contre le rassemblement autour d’Eric Zemmour – Gala

E. Zemmour : en ce qui le concerne, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne s’embarrasse pas avec l’Histoire. Il raconte la sienne, comme dans cet acte manqué réellement dit par lui lors d’une interview : « Je ne vois que ce que je crois« . Personne n’est certain qu’il s’agisse d’une inversion involontaire. « Je ne vois que ce que je crois » : le lapsus d’Éric Zemmour – Quotidien | TMC (tf1.fr) Mais entre l’histoire qu’il raconte et la sienne, la vraie, il y a un lien qui semble de plus en plus négativement fort. Ce qu’il dit ne va pas avec ce qu’il est et ce qu’il a été. L’exemption de service national (entre autres exemples) pour cause de genou défectueux et expliqué juste avant de se mettre en scène sur un court de tennis est l’exemple type des écarts « Trumpistes » qui finissent par coûter cher au moment des votes, en France. Présidentielle. Un duel Éric Zemmour – Marine Le Pen ce samedi avec les meetings à Lille et Reims (ouest-france.fr) Peu importe son argumentation ou sa visibilité, il ne pourra effacer les phrases du polémiste, les outrances peu crédibles et l’absence de métier dans un univers international par nature. Son Nœud Gordien est son auto-fascination qui œuvre sur les peurs mais sera toujours brisée par le joyeux bon sens à la française. Le bon sens bien de chez nous.

E. Macron : Dans la légende du Nœud Gordien, nul doute qu’il se serait approprié le rôle d’Alexandre qui a coupé le lien pour obtenir le pouvoir absolu. D’une certaine façon, ce n’est pas faux puisqu’il a brisé les chaînes Gauche-Droite dans un « en même temps » bien affuté. Emmanuel Macron, adroit ou à droite ? (la-croix.com) Cela reste d’ailleurs aujourd’hui encore son capital de voix dans une version moderne de la politique libérale. Mais comme tous les autres candidats (considérons qu’il l’est), il reste aussi prisonnier de liens compliqués et difficiles à dénouer dont les conséquences peuvent encore être électorales. Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron chute dans les pronostics de victoire des Français, selon un sondage (lefigaro.fr) Il ne s’agit pas de la sempiternelle référence au monde financier, ou la non moins récurrente image Napoléonienne, mais de lui-même. Les français sont plutôt « acheteurs » de ses actions sur le principe mais ne lui accordent aucune confiance personnelle. INVITÉ RTL – Présidentielle 2022 : « Macron a été le président le plus détesté », selon Domenach C’est gênant pour un second mandat car le principe d’un « dernier mandat » reste que tout est permis puisque l’enjeu électoral disparaît. Et la Constitution de la France attribuant une forte concentration des pouvoirs au Président, les craintes peuvent monter, fantasmées ou non, face à une personnalité peu lisible, sans « long terme« , presque sans épaisseur. L’intelligence dont les Macroniens nous rebattent les oreilles n’est pas un argument, l’Art ayant souvent dépassé la Science dans l’Histoire. Quand l’art dialogue avec la science (franceculture.fr) La compétence est une notion froide, la température ressentie est glaciale. Ce qu’il doit couper, c’est cela : le lien froid.

Y. Jadot , J.L. Mélenchon : Les deux ont exactement le même problème sans pour autant développer les mêmes arguments et encore moins les mêmes attitudes. Jean-Luc Mélenchon est-il mieux loti en 2022 qu’en 2017 ? – YouTube Leur Nœud Gordien, c’est le dogme. Que ce soit pour expliquer qu’une démocratie participative/représentative appelée 6e République nous sauvera ou que l’énergie verte doive se passer du nucléaire (on fait comment pour recharger les voitures électriques ? ), les fondamentaux sont les mêmes : une approche dogmatique de la politique. Sortie du nucléaire : Mélenchon et Jadot « ne vivent pas dans le même monde que nous », tacle Fabien Roussel (yahoo.com) La question n’est même pas de savoir qui a raison, qui a tort, ou s’il y a de bonnes idées (il y en a chez les deux candidats), mais de se demander ce qui régit l’approche politique globale. Et dans leur cas, le dogmatisme est le plâtre qui empêche les articulations de fonctionner. Les écolos se sont enfermés dans leur dogme antinucléaire – Challenges Notre monde réel est un monde en perpétuelle nécessité d’adaptation, pour le monde du travail, des loisirs, de la sécurité internationale, de la sécurité intérieure, de la recherche d’un futur et de perspectives pour chacun etc… Le préalable de Mélenchon, Jadot sort la cravate, la bataille des parrainages a commencé (nouvelobs.com) L’égalité entre les femmes et les hommes, pour prendre cet exemple, existe depuis toujours, c’est son application réelle qui est un problème. Un dogme n’a pas de réponse sur ce sujet, il ne fait qu’obliger, et donc appelle au refus, au conflit, voire au repli. C’est vrai pour toutes les décisions, et nul doute que, malgré les bonnes intentions, ces candidats ne coupent jamais le lien dogmatique à l’origine de leur existence politique et de leur faiblesse électorale.

Les candidats sont tous privés de liberté par des liens puissants, avec l’avant, avec l’entourage, avec eux-mêmes. Il est probable que nous soyons tous plus ou moins entravés, comme une sorte de lot de la nature humaine. Mais l’accès aux fonctions suprêmes exige de dissoudre ces liens, quitte à disparaître un peu soi-même, par l’exigence du rôle.

Hors des Nœuds Gordiens, une campagne présidentielle gagnante, pour une femme ou un homme, devrait être une démonstration de disparition, et non l’inverse.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 et 2022 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :