Législatives 2022 : Les Abstentionnistes

Article n° 171 du 30 mai 2022, écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Lorsqu’on liste les synonymes du mot « abstention », on retrouve des mots à l’inverse de l’action et de la vie. Ces mots sont, entre autres, la renonciation, le renoncement, la récusation, le refus, la neutralité, la non-intervention, l’impartialité. En gros, c’est une forme d’absence de vie qui n’est pas la mort mais qui y ressemble beaucoup. Elections législatives 2022 : actualités et déroulement – Challenges Naturellement, l’abstention ne produit que du vide et les médias ont horreur de cela. Il y a donc une armée de commentateurs(trices) prêts à nous expliquer « le sens » de cette abstention, comme si les mots synonymes ne se suffisaient pas à eux-mêmes. Les raisons de l’abstention ne signifient pas qu’il y a un raisonnement. Et les chiffres historiques ne poussent pas à l’optimisme : L’évolution de l’abstention sous la Ve République – Centre d’observation de la société (observationsociete.fr)

Il y a les bonnes et les mauvaises raisons de ne pas voter. Le repas de famille, le beau temps, le pique-nique prévu depuis longtemps, le lendemain de mariage, la santé, le voyage, la flemme, l’indifférence au sujet ou l’oubli pur et simple sont des raisons recevables car elles sont humaines et simples. La participation politique : le problème de l’abstention- Première- SES – Maxicours On peut critiquer, voire sermonner celle ou celui qui entre dans l’une de ces catégories mais il n’y aura aucun débat autre qu’un éventuel rappel au droit civique, ce qui n’aura que peu de chance de fonctionner face à toutes ces « bonnes raisons« . D’ailleurs, même les citoyens consciencieux peuvent rater un scrutin pour l’une d’elles. Quelle est la signification de l’abstention ?| vie-publique.fr

L’autre monde de l’abstention est celui des personnes ayant une volonté de s’exprimer et qui considèrent que l’absence de participation constitue un message. Le volume de « non-participants » deviendra le message s’il est suffisant. Abstention électorale : comprendre le phénomène par Brice Teinturier | vie-publique.fr Quand on regarde les chiffres de la participation/abstention des législatives passées, on ne peut pas nier que ce volume augmente et qu’un message devrait en être le corollaire. Le problème est que le message n’existe pas vraiment. L’abstention électorale des jeunes : quels liens avec leur image de la sphère politique ? – Axelle Tual, A. Lecigne – Cahiers de Psychologie Politique (numerev.com) Il y en a un, ou plusieurs, mais ils ne sont pas exprimés clairement, comme quelqu’un qui ferait la tête sans expliquer pourquoi. On laisse le choix aux commentateurs et analystes de tous poils de traduire ce volume d’absents au vote. Abstention : la faute des médias ? (radiofrance.com) C’est un problème démocratique assez inquiétant car il conforte le pouvoir des médias, au risque d’instrumentaliser un groupe de population pour lui faire dire ce qu’on a intérêt à lui faire dire.

Les raisons de s’abstenir invoquées par les gens interrogés dans la rue sont presque toujours du même ordre. On ne sait pas pour qui voter, il n’y a personne qui nous ressemble, les politiques ne changent rien, le choix serait un choix par défaut, Gauche Droite tous les mêmes, les doigts dans la confiture etc… Perception de la politique et vote : ce qui a changé | vie-publique.fr L’intérêt unique de ce type de réaction associé au volume d’abstention observé est qu’il y a une claire défiance d’une partie non négligeable de la population vis-à-vis de la politique, de son image, et de l’idée de perfection qui en est attendue. Défiance politique : le cas français (lemonde.fr) Depuis le dernier tiers du XXe siècle la capacité des médias à investiguer, la technologie de partage numérique et l’extension des règles de transparence de la vie politique ont mis au jour une grande quantité d’irrégularités, parfois de délits de personnalités politiques. Les procès à rallonge, la complexité des procédures ont renforcé cette image d’une politique dévoyée au détriment de ceux qui ne sont là que pour servir le pays, sans tache ni errement. La méfiance grandit entre les Français et les politiques (lefigaro.fr) On peut espérer sans trop de risque de se tromper que ces dernier sont de loin les plus nombreux, mais ils portent l’injustice du jugement populaire en plus de leur charge, à chaque nouvelle « affaire« .

Il faut absolument comprendre que le pourcentage de délinquants politiques, désolant par son existence mais minime tout de même par sa taille, génère l’erreur de jugement des abstentionnistes « à message ». Le droit de vote est un pilier de la démocratie et le conflit meurtrier en cours en Europe devrait rappeler à toutes ces personnes que notre modèle est en danger. L’abstention, « un enjeu citoyen, social et politique » par Pauline Gensel | Politis L’absence de possibilité de s’exprimer clairement par un vote, que ce soit en soutien ou en opposition au pouvoir, est un aspect parmi d’autres de l’univers carcéral et violent des sociétés qui ont décidé de nier la démocratie. Le vote, une condition de la démocratie – Une plume vous parle Ne pas voter (lorsqu’on veut exprimer quelque chose) est une forme de mépris ostentatoire envers les populations qui se battent pour défendre ce droit, et un boulet pour les démocraties qui espèrent faire perdurer un modèle de liberté. L’image de la démocratie est abîmée par l’abstention alors peu importe que la tête du ou de la candidate ne nous revienne pas plus que ses idées. Les européens face au risque de la régression démocratique : que faire ? – Institut Jacques Delors (institutdelors.eu) Votons pour l’autre, votons pour elle ou lui, mais ne faisons pas croire au monde que ce silence électoral est une protestation, car c’est une destruction.

Les communications faites par l’Etat pour encourager le vote ressemblent à des leçons de civisme et, bien que correctement réalisées, elles ressemblent trop souvent à des rappels à l’ordre scolaires, ce dont les français ne raffolent pas. Voter | Gouvernement.fr Il faut faire comprendre qu’une société de participation ne vit que par l’expression de ses citoyens.

Alors oui, voter c’est la faire vivre.

*Les articles de ce site ne sont pas la critique sur le fond des personnes publiques , mais une analyse des choses perçues, des risques liés aux communications et des enjeux de celles-ci. Les noms cités ne le sont que pour comprendre leur impact au travers de déclarations ou de comportements médiatisés. Retrouvez tous les articles 2021 et 2022 sur : https://adcasecom.agency/blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :